• Réhabiliter la rêverie

    Réhabiliter la rêverie

     

    Quel est l’intérêt de se laisser aller à rêvasser. Et pourquoi ne pas profiter de nos moments de glandouille pour laisser notre esprit s’évader et musarder tout son soûl. 

    Nous avons entendu depuis notre enfance qu’il faut “arrêter de rêvasser”.
    Se laisser aller à une absence de concentration est souvent associé à de la paresse, de la distraction, de l’inattention, du désintérêt.
    Estampillée infantile et du domaine de la névrose par Freud, elle n’a jamais connu son heure de gloire. Pourtant l’Homme étant capable de rêverie, on peut partir du principe qu’elle a une utilité, et peut-être même, pourquoi pas, soyons fous, des vertus. 

    Il se trouve qu’elle en a plein.

    Etre dans les nuages, s’abandonner au songe, laisser son esprit s’évader, c’est un peu comme prendre de la hauteur, de la distance. En changeant de perspective, en cessant de se concentrer, le cerveau libéré travaille beaucoup mieux.
    Et c’est sans doute la raison pour laquelle notre esprit vagabonderait environ 30% du temps. 

    Selon des études récentes*, rêvasser stimule l’activité cérébrale, permet de résoudre des problèmes complexes en faisant appel à un panel remarquablement étendu de ressources cérébrales qui s’activent en même temps.
    La rêverie stimule l’utilisation de fonctions cognitives comme le langage, la mémoire, le raisonnement et les fonctions exécutives.
    Nous réfléchissons sans le savoir à des questions importantes de toutes sortes, comme 

    • Trouver une solution à un problème professionnel
    • Élaborer une transition de carrière
    • Régler un conflit interpersonnel.

    Il semblerait même que rêvasser soit bien plus efficace dans le traitement de problèmes complexes que la concentration. Débarrassés des sollicitations parasites de celle-ci, ainsi que des croyances sur comment nous devrions penser, le cerveau la bride sur le cou se met à fonctionner à toute vapeur comme il l’entend, ce qui lui permet de laisser libre cours à sa créativité.

    Bref, nos escapades mentales sont une composantes essentielles de notre efficacité professionnelle.

      

    Un temps pour la rêverie, un temps pour la concentration

     

    A l’évidence, rêvasser en lisant un rapport financier ne facilite pas sa compréhension.
    Pourtant, nous avons probablement tous fait l’expérience de la lecture d’un document ou d’un livre, rendue impossible par notre esprit qui s’en va vagabonder sur autre chose, nous obligeant à relire trois fois la même page.
    Et se loge peut-être là un utilisation efficace de la rêverie: lorsque elle se fait si insistante, il est peut-être temps de prendre une pause et de lui céder un peu.
    Elle peut être l’indicateur que le cerveau en surchauffe a besoin de fonctionner à sa manière à lui, plutôt qu’à notre manière consciente.

    D'autre part, se ménager des temps pour rêvasser est un façon de s’autoriser à s’extraire de l’environnement immédiat, parfois plus générateur d’inconfort et de parasitage que de réflexion sereine, et de laisser notre matière grise nous emmener là où ses préoccupations se portent.
    Et si elle ne vous entraîne pas directement sur l’élaboration de solutions intelligentes pour le dossier Tartempion, ou l’identification d’une voie de reconversion professionnelle, il est probable qu’elle vous amènera à régler d’autres problèmes et vous libérera suffisamment d’espace mental pour y réfléchir sans être pollué par tout un tas de parasites pénibles.
    Et se concentrer dessus... 

    Autorisons-nous donc la rêverie, laissons notre esprit nous entraîner là où il le souhaite, et observons avec curiosité où cela nous mène… la sérenité passant par là, nous pourrions y faire des découvertes essentielles à notre plaisir de travailler.

     

    *CréditRêvasser stimule l’activité cérébrale - Futura-sciences - Etude de Kalina Christoff (en anglais)

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ces aliments qui contiennent plus de fer que la viande rouge

     

    Vous avez une petite carence en fer, pensez à manger de la viande rouge” , nombreux sont les gens qui ont entendu ce conseil de leur médecin.

     

     

    La viande n’est pas la meilleure source de fer, et de loin ! (article sur  le fer et l’importance de la vitamine C pour son assimilation).

    Souvent le fer d’origine végétale, appelé aussi fer non héminique, est décrié pour son taux d’assimilation faible, mais ce que ne disent pas les médecins c’est que le fer héminique (qui lui provient des produits animaux) se transforme en partie en fer non héminique à la cuisson.

    De plus une étude récente montre quil est préférable de consommer du fer non héminique plutôt que du fer héminique, en raison du taux d’oxydants présents dans les produits d’origine animale1.

    Le thym : une plante magique qui contient une foi séché 123 mg de fer pour 100 gr, et à titre de comparaison la viande haché contient 2.6mg de fer pour 100 gr et la viande d’agneau 1.6 mg.

     

    Vous avez une carence en fer, vous pensez que la viande rouge n’est pas la meilleure source et vous avez des difficultés à retrouver d’autres source plus sain, naturel et riches en fer. Ne vous inquiétez pas, nous vous proposons une liste d’aliments 100% naturels qui contiennent plus de fer que la viande rouge sans aucun effet secondaire ou de surdosage : 

     

    La quasi-totalité des données est issue de la base de données de l’USDA ( Département de l’Agriculture des Etats Unis).
    Les besoins quotidien recommandé en fer sont de 8 mg pour un homme (19 à 50 ans) et de 18 mg pour une femme du même âge2.

     

    Voici les aliments qui contiennent plus de fer que la viande rouge, aliments qui peuvent se manger facilement et en quantité.

     

    Ces aliments qui contiennent plus de fer que la viande rouge

    Olives 3.3 mg/ 100 gr
    Lentilles  3.3 mg/ 100 mg, une fois cuites
    Épinards ( cuits) 3.57 mg/ 100 g
    Amandes 3.71 mg/ 100 gr
    Pistaches 3.92 mg/ 100 gr
    Quinoa 4.57/ 100 mg
    Cacahuète (Arachide) 4.6 mg/ 100 gr
    Abricot Sec 6.31 mg/ 100 gr
    Noix de Cajou 6.8 mg/ 100 gr
    Chanvre  9.6 mg/ 100 gr 
    Morille  12.2 mg/ 100 gr
    Chocolat (45% & 59% de cacao) 8 mg/ 100 gr
    Sésame  14.6 mg/ 100 gr (Tahin)
    Mélasse 4.7 mg/ 100 gr
    Soja 15.7 mg/ 100 gr
    Spiruline en poudre 28.5 mg/ 100 gr

     

    Quelques recettes pleines de fer

    • Coupez les pommes de terre (non pelées, donc bio) en morceaux, mélangez avec une bonne cuillère d’huile d’olive et saupoudrez de thym qui est non seulement riche en fer mais aussi en vitamine C. Passez au four 30 minutes à 180°C et déguster.
    • Mixez grossièrement les graines de sésame et ajoutez-y du sel : vous obtiendrez un parfait gomasio avec lequel vous pourrez saupoudrer bon nombre de vos plats (salades, pâtes, riz, lentilles…).
    • Dégustez pour votre quatre-heure une bonne tranche de pain complet avec un carreau de chocolat.
    • Pensez à faire une salade avec des pousses d’épinard, y mettre des fruits secs comme des abricots, et faites une sauce à base de tahin et huile d’olive.
    • En dessert optez pour un kiwi, riche en vitamine C, avec du chocolat, riche en fer, le parfait duo.

     

     

    Précisions :

    1. Préférer le fer non héminique au fer héminique 
    2. Apports journaliers recommandés du fer – Passeport Santé 

     

     

    SourceVegactu.co

    Pin It

    2 commentaires
  •  

    Résultat de recherche d'images pour "huile de noix de coco."

     

    Le site Bonheur et santé m'a demandé de partager leur article sur l'huile de noix de coco et j'ai le plaisir de vous le présenter.

    Les bienfaits de l'huile de coco sont nombreux et vous en aurez une idée plus précise dans cet article que vous trouverez en cliquant ici

    Je vous partage en plus quelques vidéos qui seront encore plus parlantes... et je ferai un article pour vous faire partager mon expérience de 4 ans avec cette huile magique dans plein de domaines.

    A bientôt et prenez bien soin de vous.

    Célia

     

     

     

     

     

    Pin It

    2 commentaires