• Résultat de recherche d'images pour "fruits et légumes"

     

    Alors que chaque Français jette en moyenne 20 kg d’aliments par an, il est important de connaître les astuces afin de bien les conserver. Réfrigérateur, congélateur ou corbeille, voici quelques conseils pour qu’ils gardent toute leur fraîcheur.

    Dans le réfrigérateur, le congélateur ou à l’air libre ?
    Autant de questions que l’on peut se poser une fois ses légumes achetés. 
    Si l’on pense souvent que les légumes se conservent mieux dans le réfrigérateur, il existe d’autres méthodes pour les garder plus longtemps.

    Dans un endroit frais, sec et sombre
    Les pommes de terre et autres tubercules, l’ail et l’oignon et les cucurbitacées comme le potiron, se conservent de façon optimale dans un endroit sec, sombre et frais. La lumière donne une couleur verdâtre et un goût amer aux pommes de terre et la chaleur les fait germer.

    Comment les ranger au réfrigérateur ?
    Vous pouvez mettre au réfrigérateur, dans le bac prévu à cet effet, les légumes que vous allez consommer dans la semaine (exceptés ceux cités plus haut). Les températures y sont comprises entre 8 et 10°C et permettent une maturation lente du produit. Il faut éviter de les mélanger et ne pas les laver, cela les fait mûrir plus vite. Les champignons et les asperges doivent être disposés dans du papier absorbant.


    Le congélateur, une bonne idée ?
    Peut-on congeler tous les légumes ? Oui !
    C’est une méthode qui vous permettra de les garder en parfait état durant dix mois maximum. La plupart, comme l’aubergine, la courgette ou les pommes de terre ont besoin d’être blanchis avant, c’est-à-dire d’être plongés dans de l’eau bouillante quelques minutes avant d’être mis dans de l’eau froide. N’oubliez pas de bien les sécher à l’aide d’un torchon ou de papier absorbant et de les mettre dans un sac de congélation avant de les ranger.

    Le plus : il n’est pas nécessaire de les faire décongeler avant cuisson.

    Et si on les déshydratait ?
    C’est LA solution si vous ne savez pas quand les consommer. Pour cela, vous avez besoin soit d’un déshydrateur, que l’on trouve dans le commerce, soit d’un four.
    À l’aide de ce dernier, les légumes vont sécher très lentement - entre 30 et 40°C - après avoir été  préalablement blanchis. A surveiller de temps en temps pour vérifier le séchage.
    L’inconvénient de cette technique, c’est qu’elle prend généralement plusieurs heures - et consomme beaucoup d'énergie !

    La déshydratation sèche le produit en lui retirant toute son eau, mais ne lui enlève en rien ses qualités tant au niveau du goût que de ses valeurs nutritives. Cette méthode vous permet de garder vos légumes durant un an dans des bocaux placés dans un endroit frais, sec et sombre. De plus, elle constitue une bonne alternative à ceux qui souhaiteraient manger toute l’année des légumes qui ne sont pas forcément de saison.

    Le saviez-vous ?
    Les fruits ne doivent pas à être disposés à côté des légumes. Certains d’entre eux comme la poire ou la pomme dégagent de l’éthylène, une substance qui les fait mûrir plus rapidement. Elle leur donne également un goût amer.


    Le cas de la tomate : réfrigérateur ou air libre ?
    S’il est possible de la mettre au réfrigérateur pour la préserver plus longtemps, elle conserve mieux ses qualités gustatives à l’air libre.
    Une solution : les acheter en petite quantité, et au marché si spossible.

    Moins acheter, c’est aussi moins gaspiller !

     

    Source gouvernementale Alim'agri - Crédit image Les Brindherbes Engagés

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    La technique : Il s’agit de passer les fruits secs préalablement réhydratés au Blender, en ajoutant de l’eau. C'est super facile !

    Cette recette a une petite touche luxueuse - avec les pistaches qui apportent un goût d’une grande finesse - qui sort un peu de l’ordinaire.

    La petite note de sirop d’agave pourrait paraître optionnelle, mais elle ne l’est pas car elle rehausse l’arôme délicat de la pistache, et apporte encore plus de gourmandise...

     

     

    Pour presque 1 litre de liquide

    Temps de trempage : 1 nuit
    Temps de préparation : 10 minutes

    Ingrédients :

    • 120 gr de pistaches non salées bio
    • Eau de source bien froide ou filtrée
    • Sirop d’agave Bio (4 c. à. soupe environ)

     

    Préparation :

    • La veille, faire tremper les pistaches dans de l’eau de source.
    • Le lendemain, dans le Blender :

     

    • verser les pistaches et couvrir d’eau de source ou filtrée.
    • Ajouter à nouveau la même dose d’eau et mixer en arrêtant toutes les 10 à 15 secondes pour ne pas chauffer les pistaches.
    • Recommencer jusqu’à ce que le lait soit fait.
    • Filtrer
    • Sucrer à votre gout 
    • Conserver en bouteille de verre et au frais (pas plus de 2 jours)

    Pour filtrer le lait de pistaches il existe deux méthodes, celle avec une passoire ultra fine (pour éviter que la pulpe passe au travers) et celle avec un sac à lait.

    Avec une passoire :

    La poser sur un récipient et verser le liquide. La pulpe restante devra être remixée avec un peu d’eau. Vous aurez moins de pulpe dans la passoire car elle passe malgré tout au travers. Le liquide final sera donc moins fluide et légèrement granuleux.

     

    Avec un sac à lait (plus pratique et donne de meilleurs résultats)

    Poser le sac à lait sur un récipient, verser le liquide par dessus et attendre qu’il soit totalement passé (ça peut prendre quelques minutes car la pulpe va bloquer un peu le passage)
    Presser le sac pour extraire le maximum de liquide.
    Récupérer la pulpe de pistaches et la re-mixer avec un peu d’eau (il ne faut pas que l’eau recouvre la pulpe).
    Mixer et filtrer une dernière fois.

     

    A ce stade, vous obtiendrez +/- 1 litre de lait aux pistaches.

    Conserver dans une bouteille en verre, ajouter le sirop d’agave selon vos goûts et garder au frais.

    Conservation : 2 jours (pas plus)

     

    Ensuite : 
    Soit vous jetez la pulpe de pistaches (okara) - mais ce serait dommage - soit vous la gardez pour réaliser d’autres recettes, comme des gâteaux ou autres préparations.

    Exemple  de préparation :
    1 banane + la pulpe + un peu de poudre de cacao ou de caroube
    Écraser le tout à la fourchette, vous obtiendrez une espèce de purée excellente et nutritive pour le petit déjeuner.

     

    Cette technique est applicable pour tout les autres oléagineux
    • Noix de Grenoble
    • Noix du Brésil
    • Noisettes
    • Noix de Cajou
    • Cacahuètes (non salées)
    • Noix de Pécan
    • Noix de Macadamia
    • Graines de Tournesol
    • Amandes
    • Sésame
    • Graines de Courge…

     

    Il est impératif de toujours réhydrater les oléagineux que vous utiliserez et de les acheter bio bien entendu.

     

      

     Un livre sympa 

    Auteur : Anne Brunner
    Editions : La Plage

     


    Crédit photo et recette : vg-zone.net

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Bonsoir ! 

     

    C'est mon repas de ce soir.

    Une entrée de fruits, colorés et plein de vitamines (oui je mange les fruits en premier)

     

     

     

    Dîner coloré ! On s'amuse en cuisine...

     

    Melon, poire, amandes, noix raisins secs...

     

    Plat de résistance !

     

    Dîner coloré ! On s'amuse en cuisine...

     

    Carottes, courgette, oignon,ail, gingembre frais et quinoa cuisinés à l'huile de coco.

    Je rajoute de la sauce de soja légère et du Sriracha (piment) dans mon assiette.

    Je ne sale pas mes plats, mais j'utilise beaucoup d'épices et finalement le gout est fantastique.
    En salant peu ou pas du tout, on retrouve le gout des aliments naturels.
    Et on évite la rétention d'eau !

     

     

    Voilà c'est tout pour aujourd'hui, je vous dis à bientôt et surtout...

    Prenez bien soin de vous !

    Célia

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire